Les troisièmes D,F et H sont descendus dans le Sud

Nous sommes partis en bus fort tôt du collège, quelle aubaine ! Ainsi nous étions à l’heure aux « Carrières de Lumière » des « Baux de Provence » pour visiter une exposition peu banale. Sur des parois de pierre étaient projetées en mouvement et en musique s’il vous plaît des œuvres de Chagall : plafond de l’opéra Garnier, mosaïques, vitraux, cirque…..Instant féérique tout semblait hors du temps. Nous avons atterri et pris la direction de Marseille. La « Cité Radieuse » ou « la maison du Fada » nous attendait. Erigée par « Le Corbusier » cet immeuble construit sur pilotis est classé aux monuments historiques. Il est vrai qu’il est quelque peu particulier. Son système d’habitat offrait aux résidents la possibilité de vivre quasiment en autarcie, puisqu’appartement de 98m2, maternelle, gymnase, bibliothèque, et magasin étaient au même endroit ! Nous ne dormîmes pas dans l’appartement témoin mais dans une auberge de jeunesse près de la mer au grand bonheur de nos élèves qui faute, d’avoir l’autorisation de se baigner ont mis les pieds dans l’eau, organisé des parties de foot, batifolé.

marseille

Après une bonne nuit ! Nous nous sommes dirigés vers le quartier du vieux port. Grandiose ! Nous avons visité Le MUCEM (musée des de l’Europe et de la méditerranée) dont l’architecture est aussi passionnante que les expositions. Cette structure en béton ressemble soit à un gigantesque moucharabieh, soit à un ban de corail….qui laisse filtrer la lumière. Un chemin intérieur vous propulse du monde du XXI vers le XIII avec le Fort Saint Jean. Heures de pique-nique heures de liberté pour chacun. Rendez-vous au pied de la grande roue pour une promenade en bateau au pied des calanques. Prodigieux spectacles de falaises descendant vers la mer.

Nous serions bien restés quelques jours de plus dans cette cité phocéenne. Nous y retournerons ! Sur la route du retour nous nous sommes arrêtés «aux Camps des Milles » ancienne briquèterie transformée en camp d’internés pendant la seconde guerre mondiale. Sur les murs on a pu voir des peintures réalisées par les prisonniers comme celles de « Max Ernst ». Nos élèves qui sont toujours d’une sagesse exemplaire, lors des visites, ont été remarqués par des officiels (députés et sénateurs présents ce jour-là) qui ont demandé à les rencontrer. L’échange a été parfait !

Partager ce contenu :